Confucius, le confucianisme

Après une longue absence dont je m’excuse, je reviens vous parler de l’Asie avec, pour commencer un petit retour sur l’un des plus grands penseurs chinois : Confucius.

Confucius a vécu au 5ème siècle avant Jesus Christ. Il a tenté de proposer un modèle de gouvernement aux différentes familles dirigeantes des différents royaumes. Sans succès de son vivant. Je vais tiens à revenir surtout sur des petits éléments de sa pensée.

Tout d’abord, il n’y a pas un énorme corpus de textes écrit pour Confucius. Lui-même n’a jamais écrit sa pensée, et a demandé à ses élèves d’en faire de même. Sa philosophie a donc été écrite par les élèves de ses élèves, à travers des « entretiens ». Mais il ne s’agit pas ici d’un texte écrit de la main du maitre, on peut d’ailleurs douter que toutes les paroles qui lui sont attribuées sont authentiques.

Ensuite, Confucius était avant tout un humaniste. Il avait un projet pour administrer la société toute entière, pas simplement le royaume. Son objectif était d’arriver à l’harmonie, où chacun aurait sa place. Souvent la pensée de Confucius a été mal interprétée : on pense souvent qu’il s’agit d’un système rigide autoritaire. En réalité, ceci est plus une conséquence de la mise en pratique de ses recommandations.

Mais lorsque l’on lit les Entretiens (ou les Annalectes), on se rend compte que ce n’est pas du tout son propos de base. L’objectif premier est d’atteindre le Ren, une forme de vertu, d’humanité, de sympathie. Si chacun atteint le ren, alors chacun aura sa place dans une société harmonieuse. Celui qui est au bas de la hiérarchie doit la respecter pour la bien être de tous, en échange de quoi son « supérieur » doit faire preuve de bonté, de paternalisme, de ren, et le traiter de façon adéquate. Il n’y a donc nullement une instrumentalisation des subordonnés par les supérieurs dans la pensée de Confucius.

Confucius a un autre intérêt : le respect des rites, des traditions. Si sa pensée est très pragmatique, ses élèves ont par la suite mystifié le maitre au point que le confucianisme puisse être considéré comme une religion, avec notamment des temples. Le confucianisme a connu différents penseurs se réclamant du maitre, notamment les néo-confucianistes, qui ont servi les différentes dynasties chinoises depuis les Han. Sous le communisme de Mao, le confucianisme a été fortement combattu. Il fait néanmoins une sorte de retour dans la politique chinoise, comme en parlent certains articles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s